mercredi 14 septembre 2011

Merci à Pödane.....Hommage à ma mère.......



Pödane a lancé.."Le mardi, c'est permis"....c'est tellement beau, et touchant que j'ai voulu y participer...il suffit de mettre un tableau, un poème qui illustre......

J'adore ce tableau d'Hopper; en le voyant je revois ma mère, cousant et retournant les manteaux des ainées pour les rudes hivers de l'Est de la France......
Elle cousait jusqu'à point d'heure, pour qu'au matin, nous puissions partir à l'école bien couverte.......Pas de repos, pas le temps de s'occuper de soi.....
C'était pour nous qu'elle s'épuisait, qu'elle vieillissait plus vite......
Alors, même si c'est pas dans le ton, je voulais lui rendre hommage.....
Qu’as-tu fait, ô toi que voilà
Pleurant sans cesse,
Dis, qu’as-tu fait, toi que voilà,
De ta jeunesse ?
Paul Verlaine.




8 commentaires:

  1. CouCou,

    je ne connaissais pas ce tableau de Hopper
    qui est un artisre dont j'aime le style ;

    Un bel hommage à ta maman avec ce petit billet.
    Bonne soirée
    christyn

    RépondreSupprimer
  2. Belle peinture effectivement ! Couleurs chaudes et luminosité. Tiens, on dirait bien une singer. Ma mère en a eu une qui y ressemblait. Elle aussi cousait, tricotait, détricotait, retricotait. Je n'ai jamais eu l'impression qu'elle s'épuisait à la tâche, mais elle se donnait du mal quand même. Je crois qu'elle en retirait un certain plaisir. Enfin, j'espère !

    RépondreSupprimer
  3. c'est parfaitement dans le ton !
    merci pour ce tableau et ce texte!
    à bientôt!

    RépondreSupprimer
  4. merci Christine ! j'aime Hopper pour ses personnages immobiles et en attente....de quoi? de qui?....ce tableau là est différent, chaud, vivant...on dirait que la femme s'est trouvée....
    et Quantique, ma mère s'épuisait car l'argent était rare....nous étions 5 filles, et un manteau servait pour les cinq à des années différentes...les chaussures aussi....je ne pense pas qu'elle en retirait du plaisir, son leitmotiv était : "mon Dieu, pourvu qu"elle" n'ait pas froid...." j'ai passé un hiver sans manteau, car celui qu'elle avait retourné était à gros carreaux écossais rouge, vert, noir, jaune...une horreur! je partais avec, et l'enlevais dès la porte franchie....crois moi, j'ai eu froid ! mais à l'époque , je croyais que le ridicule tuait.....!

    RépondreSupprimer
  5. Maman aussi cousait et me faisait des vêtements mais il ne fallait pas trop être en face d'elle car parfois elle s'énervait tant sur son ouvrage que les choses volaient!:-)

    RépondreSupprimer
  6. un très bel hommage et un bien joli tableau, bonne journée bisous

    RépondreSupprimer