samedi 1 octobre 2011

On va vers la fin....

Voilà...je crois que j'ai compris...
Il y a trois jours, en rendant visite à ma soeur, j'ai rencontré une infirmière, très jeune, qui venait lui faire faire un aérosol.... Ma soeur râlait un peu, car elle a horreur de ça...
Mais , ferme, l'infirmière lui a mis sur le nez et lui a dit : un petit quart d'heure!

Comme elle me regardait en souriant, et qu'elle avait l'air d'avoir du temps, je lui ai demandé quand ma soeur allait récupérer un peu de forces, et quand, elle allait pouvoir se lever, car elle a mal aux fesses, au dos....
Elle m'a regardée bien en face, m'a sourit et m'a dit: vous savez je pense qu'elle ne récupèrera plus jamais ses forces.....c'est fini....et comme elle a vu mon regard consterné, car ma soeur était là, et entendait; elle s'en est sortie avec une pirouette, en lui disant : " Vous le savez , vous, que vous ne retrouverez pas vos vingt ans..."

Et j'ai réalisé qu'on allait vers la fin....Tout d'un coup, j'ai pris ça en pleine poire...
le matin même, je l'engueulais au téléphone en lui intimant de faire des efforts, de se lever et de faire quelques pas, d'avoir de la patience, que si elle ne se bougeait pas les fesses, elle ne pourrait pas rentrer...

Et là...j'ai réalisé qu'elle ne rentrerait sans doute plus.....

Il a fallu que je sorte...et dans le couloir, une famille d'une dizaine de personnes, formant manifestement deux clans, se disputaient devant la chambre d'un papy qui vivait ses derniers instants....Il était sous oxygène, et trois personnes étaient autour de lui, parlant fort...
"remets toi vite, et tu vas rentrer! tu vas voir, ça va aller mieux...faut juste que tu retrouves des forces......"
Et je me suis vue, avec elle, lui disant les mêmes choses....

Je suis rentrée, un peu chamboulée, comme si je n'avais pas bien fait mon boulot....comme si j'étais responsable de cette merde....

Le lendemain, mammographie pour moi, à 50 m de la clinique.... Depuis, quelques mois, j'ai une petite douleur sur le côté, au sein gauche.... pas de petite boule, rien....
à chaque fois que la douleur est là, je me dis : "mince! faut que je prenne rendez vous...!"
Et , comme si le ciel m'entendait, je reçois le papier de dépistage....rendez vous pris, je vais donc me faire radiographier...
La fille me fait faire l'examen, chiant mais pas douloureux et me dit, j'amène les radios au médecin...Ce dernier revient et me dit : " vous avez vos anciens clichés???"
Mon pôv monsieur, si je gardais précieusement ce genre de truc, ça se saurait !!!
Ben non! donc échographie......tache de 2 cm environ à l'endroit où j'ai mal....
Bon! comme on n'a pas les anciens clichés, faut revenir dans 4 mois, pour voir l'évolution.... Pour l'instant , on peut rien dire....

Bof! ça m'inquiète pas...J'aurai le temps d'y penser dans 4 mois...

Je passe donc voir ma soeur vers 11 h, juste avant le repas...elle est là, amorphe, dormant à moitié....son oeil ne s'allume pas en me voyant...Je m'approche, lui caresse la main.."ça va?"
Non...je l'entends à peine, sa voix est faible, son élocution lente......
"j'en ai marre....je veux partir ailleurs....."
Je sais ! lui dis je !
ils ont fait la demande pour que tu ailles dans un centre de rééducation....
Ah! c'est pour quand??? j'en peux plus......
Dès qu'il y aura de la place....
Oui, mais je veux y aller maintenant....
patiente encore un peu, ils ont fait une demande dans 5 centres....(dont un à une trentaine de kms! ça va pas être simple!)

Dans l'après midi, coup de fil...elle est prise dans un centre de soins palliatifs en centre ville dès le lendemain....
c'était aujourd'hui...je suis allée la préparer à 9h et demie ce matin et j'ai attendu les ambulanciers...
L' endroit où elle est , est tout neuf, une chambre immense, une grande salle de bain....elle a vue sur une petite chapelle...Une grande baie vitrée....
une infirmière très sympathique est venue discuter 1 heure avec moi...On a parlé de la vie de ma soeur, de son parcours...
Tout est aménagé pour faire plaisir aux malades...unité de 15 lits , une cuisine, une chambre un salon au même étage pour rester plus longtemps avec elle...On peut même venir manger, et lui apporter ce qu'elle désire.....(des huitres m'a t elle demandé!!) ...

Il lui ont promis de la promener dans le jardin cet après midi...au soleil...
J'ai vu un semblant de sourire apparaitre....et elle a refermé les yeux...
Deux médecins sont venu lui parler..Mais elle n'avait pas la force de leur répondre..J'ai dû prendre le relais...
Je voulais rester avec elle , mais elle n'a pas voulu...
"Je suis fatiguée...rentre à la maison.."
je suis partie, et je sais à présent qu'on va vers la fin......
je ne suis pas encore prête, il me faut encore un peu de temps...

l'infirmière m'a proposée de voir la psy de l'étage, car elle estime que j'ai des choses à régler avant qu'elle ne s'en aille...Je lui ai expliqué que ma mère me "les" avait confié avant de mourir, et que j'avais l'impression de faillir quelque part.. Il faut en parler et comprendre pourquoi votre mère vous a donné vos soeurs en garde...Il faut que vous vous fassiez aider sinon ça va être dur à vivre...

C'est déjà dur...

6 commentaires:

  1. Moi aussi je pense bien à toi et te fais plein de bisous de réconfort...

    RépondreSupprimer
  2. Je suis de tout coeur avec toi...

    Je trouve la proposition de l'infirmière intéressante : la psy pourrait être utile. Moi je regrette de ne pas l'avoir eu pour ma grand-mère et pour mon grand-père de coeur. Ça m'aurait beaucoup soulagée et ça m'aurait préparée. Bon, en même temps, chacun a des besoins qui lui sont propres et je ne doute pas de ta capacité à savoir ce qui est le mieux pour toi.

    Je t'envois un camion de bisous. Courage.

    RépondreSupprimer
  3. Bon courage, Chaourcinette. N'oublie pas de prendre aussi soin de toi. Tu en as besoin.

    RépondreSupprimer
  4. merci à toute! oui, je crois que je vais voir la psy...je sens que j'en ai besoin...Il me faut trouver des réponses, et de l'aide....
    Je viens de poster une photo, dans le soleil de cet été indien ....

    RépondreSupprimer
  5. Chaourcinette, je voudrais bien souffler sur ton bobo à toi comme tu as soufflé sur le mien mais je sais que ton bobo à toi est trop important pour qu'un petit souffle comme le mien l'apaise même un peu. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer