samedi 24 mars 2012

Les aléas de la vie................


Les jours passent, notre relation est épisodique....Mais un jour................(Voilà ce qui restait coincé et que j'avais du mal à écrire.....)

Retard de règles...Je panique... C'est  pas possible....je ne veux pas......je ne peux pas
je file chez le médecin qui me prescrit des analyses.... Je suis enceinte!
Seigneur, pas maintenant....c'est trop tôt, et je sais qu'il n'est pas de mon mari...Je le sais... Comment je le sais? je n'en sais rien mais je le sais...je ne veux pas de cet enfant, il faut absolument  que je trouve une solution...

On est Mercredi, mon mari est à 60 km de chez nous, je prends la voiture et je vais le voir pour lui annoncer la nouvelle...
J'arrive, il partait  courir au stade , je lui explique que j'ai fait des analyses et que, catastrophe !  je suis enceinte...Je ne veux pas le garder, il faut qu'il trouve une solution, qu'il y a une clinique où.......
T'es folle qu'il dit! Moi  je trouve que c'est drôlement sympa d'avoir un deuxième enfant, de toute façon c'était programmé...

Je pleure , de rage, de peur, de colère...C'était programmé!...c'est ridicule ! On ne me demande même pas mon avis...On programme pour moi! Ferme là, j' me disais, tu es bien contente de te laisser vivre et de le laisser aux commandes...Tais toi, essaie de le convaincre.. L'appartement  trop petit, maman qui a déjà l'ainé, mon travail....

Parlons en de ton boulot...Tu sais, depuis que tu travailles, j'ai réussi à mettre pas mal d'argent de côté et on va pouvoir se chercher une maison! 
C'est pas vrai, je ne veux pas de maison, je ne veux pas de bébé, ma vie est bien comme elle est...
Je pleure à gros sanglots, mais lui rit et dit : tu verras ce sera formidable, un 2ème enfant....

Ce n'est pas d'avoir un enfant qui m'inquiète, c'est de savoir ce que je sais!...

Ce soir là, grand benêt  se pointe, et je déballe tout ce que j'ai sur le cœur.... 
Je peux pas rester avec homme des bois, ce n'est pas possible, je peux pas lui faire ça, il faut qu'on s'en aille..Il faut que tu trouves une solution...

Mais, je n'en ai pas de solution...Regarde, j'ai  pas de boulot, un bac qui ne me sert à rien, qu'est ce qu'on fera ensemble? Non, je te jure, je ne suis pas prêt pour ce genre de chose...Désolé...

il a mon âge, mais il vit encore avec papa-maman, il a une existence protégée et  moi, j'arrive avec mes gros sabots pour lui demander l'impossible....
Partir avec aîné et moi, devenir responsable, grandir....Ce n'est pas possible...Il ne peut pas..

L'enfant que j'attends, il le prend comme un cadeau, comme un miracle, mais il ne peut pas encore assumer….
je pleure car je n'ai pas de solution, je pleure parce qu'il va falloir affronter la vie.... je pleure sur homme des bois qui ne se doute de rien, je pleure....

Si tu ne peux pas assumer, il va falloir qu'on se quitte, je ne veux pas continuer à vivre ainsi...je sais, c'est ma faute, tu ne voulais pas et ça s'est fait quand même, je sais que c'est court pour prendre une décision.... Mais si l'homme des bois achète une maison, je suis partie pour 15 ans à rester avec lui...

"Mais non, dès que j'aurai une situation, on pourra revoir le problème..."
Il se trompe, je me connais, si on s'engage à acheter une maison, je resterai jusqu'à la fin des paiements...
Réfléchis, on a 2 mois devant nous avant qu'il ne fasse des démarches!
Si tu as l'intention de vivre avec moi, c'est maintenant ou sinon rendez vous dans quinze ans...

  Ça ressemblait à une boutade, mais j'étais sérieuse, il fallait qu'il se bouge.
 faut qu'il se bouge!...notre avenir en dépend...Les jours passent, je suis nauséeuse, malade d'angoisse, je me cramponne au boulot, je ne peux pas parler...de ça....à personne......Je sens ce bébé qui pousse, qui m'envahit, et le père n'est pas prêt..
Ton père, mon bébé est encore dans ses rêves, dans sa vie insouciante...Il ne peut pas nous prendre en charge...je suis bête quand je dis cela, nous prendre en charge, ça veut dire quoi? je n'ai pas besoin de prise en charge, je suis grande ,  j'ai un boulot, je peux nous assumer.....oui, je sais tout ça, mais j'ai tout de même besoin d'une épaule, pour m'appuyer....

L'homme des bois est heureux....Il cherche une maison, ça y est, je suis foutue....vite, vite...décides toi, emmènes moi, ne m'oblige pas à vivre ce dilemme...Ne m'oblige pas à vivre ma grossesse dans l'angoisse...à qui vas tu ressembler mon bébé? Comment  assumer  ces 9 mois, il te faut grandir dans mon ventre avec calme et douceur, et là, je ne suis qu'angoisse et peur...
Ressens tu cela?
Te rends tu compte de mes pleurs?
Te rends tu compte de mon chagrin?

Je parle avec grand benêt , j'ai conscience de m'abaisser à lui demander de m'aider....Il est relativement serein, ou il cache bien sa peur...On se connait depuis si peu de temps...
Est-ce que je l'aime?  Je  ne suis même pas capable de répondre à cette question...
Est ce qu'il m'aime? Je  ne crois pas..... nous avons une relation agréable et ça lui convient...

Chaque week end il part à la ville voisine faire la fête avec ses amis....et moi, je suis là, à quémander un "oui, on part" qui ne viendra pas.....

Les démarches pour la maison avancent, je me force à visiter les maisons, à sourire à homme des bois, à faire semblant d'être enthousiaste....je m'en fous de cette putain de maison, je m'en fous...ne te presse pas d'en trouver une.... je suis malade, malade d'angoisse, et je suis seule, seule, avec cet enfant qui grandit en moi.

Je couvre mon aîné de baisers, je l'aime mon bébé, et celui que je porte? Vais je l'aimer? Je  ne veux plus de relations avec grand benêt ...J'en ai marre de l'entendre me raconter ses week-end enchanteurs...Ses rencontres, son bonheur de pouvoir vivre ça. J'en  ai marre de lui, je le déteste ce grand con, qui n'est même pas capable d'être un homme!

C'est toujours moi qui suis obligée de le porter, c'est toujours moi qui lui demande de venir, c'est toujours moi qui suis à l'affût de son humeur, de son bien-être, de son bon vouloir...
C'est moi, qui suis , là, béate, à attendre je ne sais quoi...je ne le veux plus, je le vire de ma vie... tailles toi ! sors de ma vie…

J'ai rompu violemment...pour trancher fort, pour qu'il n'y ait pas de retour...je continue à travailler, à le voir tous les jours, mais je refuse qu'il m'approche....tu ne me reverras que si tu te décides à faire quelque chose...
Balivernes que tout cela, je pensais lui faire du mal, et j'ai l'impression qu'il vit très bien cette séparation…Il sort même de plus en plus…
Je le suis du regard toute la journée, j'ai mal de ne plus le voir,  il me manque....

Et moi, je prends du poids, mon ventre s'arrondit...Et je visite, je visite des maisons...Un jour, miracle, homme des bois a trouvé....je visite, jolie petite maison à rénover, immense jardin...située juste en face du stade! C'est drôle non? Homme des bois est tellement content, tu te rends compte, je pourrai aller à l'athlétisme et tu me verras des fenêtres....oui, c'est cool....et regarde le jardin....les gosses y seront bien....ouais, c'est cool.....

Au boulot, le lendemain, je vais trouver mon grand benêt , je l'aborde et lui dis: " ça y est, on a trouvé une maison...Il te reste jusqu'à la fin de la semaine pour réfléchir...J'ai pas besoin de réfléchir me dit il, je ne peux pas....c'est  pas possible, je ne peux pas....

Les larmes me montent aux yeux, je suis d’une fragilité extrême, j’ai l’impression que si je tombe, je me casse….., je voudrais le frapper, je voudrais qu'il disparaisse..

Et il me parle, il me dit sa douleur de ne plus me voir, il voudrait tant qu'on reste proche...Et puis, cet enfant, c'est le mien, je voudrais le voir vivre....

j'ai la rage...je suis sure, que si j'avais eu une arme, je l'aurais descendu...
 Mes copines se posent des questions, bien sûr toute l'usine a suivi notre relation avec enthousiasme! Je  n'ai encore rien dit pour ma grossesse, j'ai honte des futurs regards...J'ai peur des ragots...il est bien temps!

Je parle à ma meilleure amie, je lui explique mon angoisse....Ça la fait rigoler, ma copine, elle se marre, c'est tellement drôle! Tu savais   pas que les préservatifs  ça existaient? Comment as tu pu te lancer dans ce genre de relation de merde, sans prendre de précautions?

Je ne peux pas lui expliquer, lui dire que c'est moi qui ai lancé l'aventure, que lui, c'était    pas son truc, et que ce que nous vivions au lit, n'était qu'une longue recherche de lui-même, qu'il ne me désirait pas vraiment. Effectivement, c'était à moi de m'inquiéter, mais ça n'arrivait qu'aux autres....

 Que la plupart du temps on ne faisait  même pas  l'amour, il n'en éprouvait pas le besoin, que c'est moi qui le provoquait...qui l'obligeait....qu'il cédait sans doute pour avoir la paix...
Ouf …. Voilà, c’est dit….
 Finalement, c'est de ma faute, tout ce qui m'arrive.... Enfin, je commence à voir clair, mon amie me rassure, ne t'inquiète pas, arrêtes d'angoisser..ça  sert à rien, ce bébé il n'y est pour rien...Il est là, maintenant, alors,  assures!
 Ce n'est plus une histoire de cul, c'est l'histoire d'un bébé qui va venir au monde et qui a besoin de calme, d'amour et de tendresse....

Merci, ma vieille copine, je vais mieux...Mon père disait souvent: c'est  pas quand on a chi....dans son froc, qu'il faut serrer les fesses......Il avait raison...à partir de ce jour, j'ai vu la vie sous un autre angle. 
J'ai même accepté de revoir grand benêt  près de moi, j'ai accepté sa tendresse, son regard....

Nous avons repris des relations plus tendres, il venait à la maison, il a rencontré mon fils aîné un soir....de le voir fondre de tendresse avec mon petit, m'a émue plus que je ne l'aurais voulu....

Moi : « Tu sais, on va l'acheter la maison, je suis partie pour 15 ans avec homme des bois, tu sais, l'enfant que j'attends sera le sien, tu ne pourras rien revendiquer pour toi.... »

"oui, je sais, ça me convient comme ça, je ne demande rien de plus..."

Un soir, mon mari rentre et grand benêt  est là.....Je les présente l'un à l'autre, morte de trouille...Mais non, pas de remarques de mon mari.. Il semble accepter cette amitié , ne doute absolument pas de mon intégrité...je mens, et il ne se doute de rien...c'est le plus dur, c'est vraiment le plus dur...il l'invite à revenir nous voir, insiste, l'invite à manger...

Ce soir là, je sais que je voudrais le gommer de ma vie, je suis minable, minable...S'il me demande si on couche ensemble, je lui dirai oui...Mais il ne demande rien, heureux de me sentir heureuse...
Il touche mon ventre et s'intéresse à ce bébé...il met son oreille contre mon ventre et je suis malade de honte..

6 commentaires:

  1. je te lit comme on lit les pages d'un livre que l'on aime..... ton ressenti et ton écriture sont tellement bien décrits que j'ai hâte de connaitre la suite....mais j'oscille entre réalité et scénario.... explique moi stp....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oh! c'est la réalité chafinette ! malheureusement...j'ai vécu tout ceci....J'avais 22 ans, rien vécu....et je suis tombée amoureuse....Mais j'étais bien la seule à l'être ! c'est ça qui était triste....

      Supprimer
  2. Je te lis et je me demande comment tu as fait... Comment tu as fait pour accepter de revoir ce type se pointer dans ta vie. Comment tu as fait pour rester avec lui ensuite.

    Je dois être trop rancunière.

    Ceci dit, raconté comme ça, entre un Homme des bois et un Grand benêt, je choisis la version Homme des bois.
    Tu émets des objections (taille du logement), il trouve des solutions (acheter une maison) et en plus il se bouge pour en trouver une en pensant à tout le monde (proche du stade pour lui, avec un jardin pour les enfants...). Ça c'est ce que j'attends d'un homme. Ça n'en fait pas l'homme parfait, bien entendu, mais je crois qu'on peut passer outre certains défauts à partir du moment où l'autre assure quand il faut.

    Enfin, ça c'est une opinion personnelle à partir de ce que je comprends de ce que tu nous dis, hein, je peux aussi me planter lamentablement sur le personnage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je te reconnais bien là, Lalwende...entière...
      Ce que je vivais avec homme des bois avait été voulu par ma mère...je lui étais reconnaissante de nous avoir aidé, mais ça ne valait pas un mariage..je l'ai fait pour que ma mère soit rassurée...sans amour...de l'amitié, sans plus...Il était plus âgé que moi (12 ans) et j'étais trop jeune pour résister à la pression...Dès le début, j'ai su que nous ne vieillirions pas ensemble...
      et grand benêt est arrivé...et je me suis retrouvée amoureuse sans le vouloir vraiment...le fait qu'il soit faible, inconstant, fragile, m'ont fait me sentir forte, responsable.J'ai eu tout de suite envie de le protéger...c'était le piège, et je suis tombée en plein dedans....Ne me demande surtout pas si je regrette......................

      Supprimer
  3. quelle histoire, tu as du te sentir si triste de voir le grand benet un peu(beaucoup ) lache...et te sentir mal devant la sollicitude de homme des bois, qui voit l avenir avec serenité.. moi aussi je pense que j aurais chosi homme des bois comme lalwende.. mais je peux me planter grave!! vu comme je mene ma barque lol
    je t embrasse ma gentille amie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. très lâche !! et pour homme des bois, c'était du remord , de la honte que je ressentais...mais pas d'amour...comment te dire?? matériellement, il était là...avec des principes tels que : tu travailles, mais c'est moi qui garde ta paye, tu ne me demandes rien et tout ira bien....
      c'est ce que j'ai fait..Je lui ai donné le matériel, lui la sécurité et ça fonctionnait sans heurts...car je me sentais trop coupable...j'accédais à tout ses désirs et les miens, il fallait que je sois raisonnable...Or je n'avais pas l'âge...à être raisonnable!!
      je t'embrasse ma nonna!

      Supprimer