mercredi 28 mars 2012

Et il s'en va.....................


Le lendemain, toujours pas de bébé dans ma chambre…Personne ne me dit rien……
Je vais me promener dans les couloirs, et là, je vois mon bébé, une perfusion prise dans une veine du crâne...Je deviens folle..
Que se passe -t-il? je cours chercher de l'aide, je rencontre le pédiatre qui m'emmène dans son bureau....
Qu’est-ce qu'il a mon bébé?....Une jaunisse, la vraie...
Pourquoi ne m'avez vous rien dit me demande le pédiatre?
dit quoi? je ne comprends pas ce qu'il dit....
pourquoi ne m'avez vous pas dit que ce bébé n'était pas celui de votre mari....?

Je pique un fard, gênée....inutile d'être mal à l'aise, ce serait resté secret professionnel, il y a une petite incompatibilité avec votre «compagnon"....
Comment aurais je pu le savoir?...durant trois jours, mon bébé est soigné, il est jaune orange...on me l'amène enfin, il va mieux...grand benêt est là, enfin, ému, le bébé semble tout petit dans ses grandes mains.....
Il lui a acheté une grenouillère bleue avec les manches arc en ciel....je l'habille avec, il est beau mon bébé, il dormira sur moi toutes les nuits...

Son frère le regarde avec de grands yeux, il est un peu inquiet de voir ce bébé dans mes bras...C'était sa place il y a peu, et il ne comprend pas que je puisse câliner quelqu'un d'autre que lui...

Nous rentrons à l'appartement, la maison n'est toujours pas habitable...L'ainé dort dans la salle à manger - cuisine, et second fils dort à côté de nous...

C'est un bébé facile, qui boit, mange et dors...Rapidement il fait ses nuits, il rigole tout le temps, c'est une bonne nature!
Fils ainé qui va à la maternelle a quelques petits problèmes..Sa maitresse me demande de venir....je crois que vous venez d'avoir un bébé? oui, c'est vrai...le problème pour fils ainé, c'est ce bébé....il a confié à sa maitresse, qu'il voulait mourir, qu'il allait boire l'eau des flaques d'eau et qu'il "mourirait" comme ça , maman serait triste....parce que , ma maman, elle me prend plus dans ses bras, elle a toujours le bébé, elle est toujours avec lui...et moi, j'ai personne...Elle m'aime plus....

Mon Dieu, c'est pas possible, je ne me suis rendue compte de rien....mon pauvre grand qui se sent seul...C'est vrai que je passe beaucoup de temps avec le bébé, mais pas plus que je n'en ai passé avec lui....

Il faut que ça change, je préviens mon mari, il faut qu'on s'occupe plus d'ainé, le faire participer à l'arrivée du bébé...

De retour à la maison, je prends mon bout d'homme dans mes bras pour un gros câlin, je lui dis que je l'aime, que lui et son frère sont les amours de ma vie, et que j'ai besoin de lui pour m'aider à élever son petit frère...Qu'il faut qu'il m'aide à lui donner le bain, qu'il m'aide à le changer, qu'il le console quand il pleure...Sans lui, je ne peux rien faire....Il sourit enfin...Tu me prendras sur tes genoux, oui mon amour, viens sur moi, viens! on va la faire la sieste dans mon lit....

oui, il se sentait isolé dans cette pièce, tout seul, alors qu'on dormait dans la chambre....

Son frère est devenu rapidement sa raison de vivre, plus soudé que les deux frangins....fallait chercher loin pour en trouver!


Mes deux bébés sous le bras, nous déménageons enfin, dans la maison....Homme des bois a bossé comme un chef, il a fait un boulot de titan, et chacun de nous s'approprie les pièces...Mon Dieu que ça me semble grand! Les greniers, le jardin, le verger....C'est sûr que les gosses vont être heureux ici....

Moi, je ne sais pas, nous avons été choisir des meubles, homme des bois et moi, et comme nous n'avons pas les mêmes goûts, on a du mal à se décider! Ca devient plus facile, lorsque je me dis que de toute façon, cette maison , c'est pas la mienne, c'est celle d'homme des bois...Donc, on choisit en fonction de lui....

Je ne suis pas malheureuse, j'ai quand même beaucoup de respect pour mon mari, je connais ses travers et on évite les conflits...J'ai tellement plein d'autres choses à me faire pardonner! C'est incroyable comme la culpabilité change la façon de vivre.... Je suis assez calme de nature, là je deviens bénie oui oui.....Chaque fois que j'ai envie de me coltiner avec lui.....je pense à grand benêt....et là, bouche cousue....je la ferme!

Grand benêt, vient nous voir dans la nouvelle maison...Il s'occupe beaucoup des enfants, c'est "un papa gâteaux"...il fait plein de choses avec eux, n'hésite pas à se trainer par terre , les sors, lange le petit dernier, apprend à ainé à faire du tricycle...
 On forme une joyeuse famille vu de l'extérieur, je sais que ça commence à cancaner autour de nous, mais on s'en fout...jamais, devant mes enfants, je n'ai  eu d'attitudes ambigües avec lui...

Petit à petit, homme des bois prend des chantiers moins loin...Il est donc là, chaque soir, ce qui limite beaucoup les éventuels gestes de tendresse que nous avons l'un envers l'autre.
Parfois la situation est tendue car il continue toujours sa petite vie à côté et j'enrage de ne pouvoir lui interdire....je ne peux pas l'obliger à ne penser qu'à moi...On se voit tous les jours de la semaine au boulot, il passe quelques soirs à la maison, et ce que j'ai à lui offrir n'est pas la panacée!...

On savait, l'un et l'autre que ça allait être dur, mais je ne savais pas que ce serait moi qui souffrirait le plus...Nous en sommes venus à dire que tant que ma vie serait avec homme des bois, lui aussi, pourrait aussi vivre ses aventures comme il en aurait envie...

Tout en sachant, qu'un jour, un jour peut-être, un jour sûrement.........je suis malade d'angoisse, malade de jalousie, et les week-end sont des jours à gommer.....

Homme des bois est heureux, il se donne à fond dans la maison, à l'extérieur il trouve que le verger est en pente, il décide de le mettre droit...Il charrie des tonnes de terre qu'il tamise avant de la remettre sur le sol....ça prends deux années, il plante des arbres, il fabrique des bordures en ciment pour délimiter les cent mètres de terrain.....Un vrai boulot de fou, je l'admire de s'éclater comme ça...Il est dans son élément enfin!

Toujours le sport, il court, il court...et la vie s'écoule...Il va aux champignons, aux brimbelles...m'invite à le suivre...J'y vais parfois, mais ce qui est dur, c'est qu'il cause tout le temps...
On est dans la forêt, tout est calme, et homme des bois cause, cause, cause.....Du temps qu'il a fait lors de sa dernière course, de ses copains de son boulot, de milliers de choses plus banales les unes que les autres...Et je suis là, l'écoutant ou pas....IL a juste besoin d'un "hummmm" de temps en temps...

Je ne sais pas comment j'aurais été si je ne m'étais pas senti aussi coupable? je l'aurais sans doute envoyer bouler....Il n'y a pas une once de malice dans sa manière d'être, c'est un brave gars, toujours de bonne humeur, toujours un bon mot, qui ne fait souvent rire que lui....

Je suis la salope qui le trompe et chaque jour je me le répète, tous les efforts que je fais avec lui, pour être souriante, aimable, attentive ,  je les dois à la culpabilité.....

Un jour, grand benêt  gifle une fille au boulot....La sentence est immédiate, c'est le renvoi...Je pleure , je ne peux pas arrêter de pleurer...Les copines se mettent en grève...On discute avec le directeur, mais ce dernier ne veut pas revenir sur la sentence.
Il réunit ses affaires et sort de l'usine....C'est la fin, je vais mourir, je l'aime ce grand con et il s'en va...

Chaque jour d'usine devient plus difficile sans lui...Je me traine lamentablement, même si je le vois le soir, ce n'est pas pareil....Il faut qu'il trouve du travail..Il ne veut pas s'éloigner de moi, et va se faire embaucher dans une usine du secteur....

Puis, un soir, il m'annonce qu'il va reprendre des études.....à 60 Kms de chez nous....ça me rend malade, je ne veux pas qu'il parte, je veux qu'il reste.....
Et pourtant, il a sa vie à faire, honnêtement je ne peux pas l'empêcher de partir...C'est un crève cœur, en plus je sais qu'il a énormément d'ami(es) là bas, c'est là où se passent ses week-end d'enfer....

Je sais que c'est fini, je le sais...et je pleure sur mon sort....Triste est la vie qui te donne un amour et qui te l'enlève....

mardi 27 mars 2012

La couvade.................


Je ne peux pas recommencer ma vie?
C'est sûr?
Alors, peut-être dans une autre vie?
Je voudrais tellement que personne ne souffre....Mais ce n'est  pas possible...A un moment, quelqu'un souffrira....

Et moi, je suis dans une impasse...avec un mari gentil, compréhensif, et un autre homme qui est en train de prendre de la place dans ma vie...une place trop importante....je suis lâche et pour l'instant je fais comme les autruches, la tête dans le sable.....
je vis chaque jour , comme si c'était le dernier, homme des bois parti, l'autre homme bien présent.... je ne veux plus penser, je veux juste couver mon bébé en paix...

  Ça y est , c'est dans les mœurs, grand échalas est devenu ami de la famille, il passe beaucoup de temps avec nous, rit aux bons mots d'homme des bois, m'aide dans les tâches ménagères... On forme presque un ménage à trois...personne ne pose de questions....Pour mon mari, il est l'ami sur lequel je peux compter lorsqu'il n'est pas là....Oui, car j’ai avoué à homme des bois que grand benêt était gay…donc pas de crainte à avoir ….
oui, je sais, c'est dégueu....mais à ce moment là, je n'avais pas le recul nécessaire pour agir honnêtement...

je pique encore quelques colères avec grand benêt, qui continue à mener sa vie, les week-ends, comme si de rien n'était....Il sort beaucoup, et j'ai du mal de supporter ses fugues.. Je voudrais qu'il n'y ait personne d'autre que moi dans sa vie, je ne supporte pas d'imaginer .....Il essaie de me rassurer, mais ne change rien à ce qu'il vit.

Je lui en veux, je romps moult et moult fois, je deviens d'une humeur massacrante lorsque je le vire, tant est si bien que c'est homme des bois lui-même, qui insiste pour que je me réconcilie avec lui...appelle le me dit il, dis lui de revenir....

Je le déteste parfois lorsqu'il me dit ça...J'ai envie de lui ouvrir les yeux, et puis, je cède...J'appelle grand benêt, et c'est reparti pour un tour....

Deux inconscients, nous sommes....! mon ainé s'attache à lui, c'est vrai qu'il passe beaucoup de temps avec lui, il joue, fait le pitre, le fait rire, le console....Il voit presque plus souvent grand benêt  que son père...

Lorsque son père rentre pour les week-ends, il les passe à bosser dur dans la maison, nous sommes toujours dans notre petit appartement, et il voudrait bien que le chantier avance...je suis en congés de maternité et je tourne en rond dans l'appart, je ne peux plus voir grand benêt au boulot....mes journées sont vides, je ne m'éclaire que lorsque je sais qu'il va venir...

L'accouchement est prévu pour le 28 décembre....Noël passe, je commence à faire le ménage à fond, c'est un signe qui ne trompe pas me dit ma mère...Tu es en train de faire ton nid...et effectivement, je file (avec mon mari cette fois!) à la clinique le 28 décembre....

Il n'a pas pu assister à la naissance du premier...mais, là, il est là..Avec moi...avec ses gros sabots, son humour à deux sous...Il m'accompagne dans les douleurs, me parle, me parle...

je m'en fous de ses tuyaux qui ne sont pas droits, ferme là, et il continue, et blablabla...tu sais , le radiateur j'ai eu du mal de le raccorder...je m'en fous....j'ai tellement mal, que je le prends au col et le soulève presque...Tais toi....il en perd sa blouse...je ne peux plus le supporter, s'il n'arrête pas je l'insulte...

Enfin...mon bébé vient au monde....j'ai peur, je le regarde de tous mes yeux...à qui ressemble t il? Ça ne m'a jamais quitté cette peur de la ressemblance...Surtout que grand benêt n'a pas du tout le type de mon mari...et que si le bébé lui ressemble, ça va se voir comme le nez au milieu de la figure....Parlons en du nez! c'est ce qu'on voit en premier dans le visage de grand benêt, un grand nez un peu tordu...

Fils ainé est le portrait craché de son père, presque un clone, et second fils est le portrait craché de mon père! eh oui, je regarde mon père en miniature, je pleure , de joie bien sûr mais aussi de soulagement....

Mon mari est fou de joie, il porte ce bébé comme un bien précieux, il est heureux d'avoir pu être là pour m'assister, et moi, j'avale ma salive difficilement...Elle a un goût amère cette salive, j'aurais bien voulu que grand benêt soit là....mais ce n'est pas possible....il est parti dans un de ces grands week-end dont il a le secret, en pleine fête, il m'appelle, pour savoir si tout va bien....

Je pleure, lui demande de venir, j'ai besoin de lui....
Mais non ! je suis en week-end, je ne vais pas rentrer exprès pour vous voir....je viendrai un soir de la semaine.....salaud...j'ai , il a un fils, mais il ne veut surtout pas écourter son week-end....je le déteste...en plus, je n'ai pas mon bébé à côté de moi, il est à la nurserie..

lundi 26 mars 2012

Petit retour en arrière ...!



Je voudrais tellement que personne ne souffre....je vous le dis,ce n'était  malheureusement  pas possible....

Je lis vos commentaires, et je comprends que votre préférence aille  à l'homme des bois.....Comme je l'ai déjà dit souvent, c'est quelqu'un de bien, mais qui n'était pas fait pour moi....je viens de reprendre mon blog depuis le début, et je me rends compte que je ne vous ai jamais parlé de ma rencontre avec homme des bois...

Celles qui me suivent depuis longtemps, savent que j'ai écris un blog sur un site qui s'appelait Vive les Rondes (VLR)...et que je me suis longuement étalée sur le sujet.....Ce blog n'existe plus...je l'ai supprimé....
Mais pour être honnête, il faudrait que je me résume....Parce que comme ça, au premier abord, c'est difficile de juger...

J'ai rencontré l'homme des bois, j'avais 16 ans...il était copain avec ma meilleure amie et c'est ainsi que j'ai fait sa connaissance..Il avait 28 ans, vivait seul et mon amie était secrètement amoureuse de lui...
moi, il ne m'intéressait pas...Trop âgé...chauve, ayant pour seuls habits deux survêtements couleur caca d'oie...Je ne l'ai jamais vu habillé autrement...

Il nous a invité chez lui, ma copine et moi, et je suis restée ébahie par son appartement.....tout y était neuf, beau, propre...télé, magnétophone, les derniers gadgets, c'était pour lui...Moi, qui vivait dans un taudis, sans toilettes, je dois dire que j'ai été impressionnée...
Il a commencé à me draguer, mais je lui ai vite fait comprendre que je n'étais pas intéressée....
Et puis, un jour, il a rencontré ma mère.....nous étions allées faire le marché, et il était là...Il a vite séduit ma mère par sa maturité, sa voiture décapotable, son bagout.....

Un flirt a débuté, mais qui a vite cessé, car je partais faire mes études à 100 km de la maison...

 Entre temps, mon père est mort, ma mère ne sachant que faire, n'a rien trouvé de mieux que d'envoyer l'homme des bois me chercher afin que je sois près d'elle.....
Ensuite, tout s'est enchainé.....Pas d'argent pour enterrer mon père....Il a avancé la somme pour le cercueil et l'enterrement....ma mère s'est retrouvée sans un sou, et c'est lui qui l'a aidée en venant chaque jour manger chez elle et en lui payant une pension.....Il a toujours été présent dans les coups durs; et ma mère disait : " regardes, comme il est bien cet homme...avec lui, tu ne manqueras de rien......" et moi, je riais, continuais mes études, vivais ma vie....

Un jour, il est parti en déplacement, et fini les repas chez ma mère...Donc, plus d'argent...J'ai dû arrêter mes études et prendre sur la même ville un travail de veilleuse de nuit....j'ai rencontré un gentil garçon, je suis tombée amoureuse, on a fait des projets d'avenir , et quand j'ai prévenu ma mère, elle s'est pointé illico avec homme des bois, et ils m'ont ramenée au bercail.....

Là, ma mère m'a dit : " tu devrais avoir honte de faire ça...après tout ce qu'IL a fait pour nous...S'IL n'avait pas été là, ton père aurait été enterré comme un chien....Tu as une dette envers LUI, et chez nous, en Corse, on paye nos dettes..."
Mais, je n'ai rien à voir avec ça! On l'a remboursé, et il savait que ce n'était qu'une amourette entre nous...
J'ai rencontré quelqu'un.....
" Lui , t'aime...il me l'a dit! il veut même se marier et pour moi, ce serait un réel soulagement......"

J'ai su que j'étais foutue ...j'ai su, que toutes ces années d'études que j'avais faites il fallait que je les paye un jour...mes autres soeurs avaient quitté l'école à 14 ans, pour aider...Et moi, la princesse, je n'avais jamais rien fait....Aucune ne pouvait donner un coup de main à notre mère en attendant que je finisse mes études..J'étais coincée....

J'ai rompu avec gentil garçon, la mort dans l'âme.....et je me suis lancée dans une relation qui m'a obligée à porter un masque durant des années....
Ma mère a vite compris son erreur, mais c'était trop tard...1 mois avant le mariage, nous avons dû aller chez un notaire pour faire un contrat de mariage...
Moi, éberluée : "mais pourquoi????"
Lui : j'ai pas envie, qu'un jour tu files avec mes meubles a t il répondu.....
Ma liste pour le notaire était courte : 1 paire de drap, 6 serviettes de toilette, 6 gants et quelques torchons....

J'avais le rouge aux joues de honte, et ma mère qui nous accompagnait me regardait d'un air désolé....
En sortant de chez le notaire, dans ma rage, je lui ai dit :" regardes moi bien....c'est une promesse solennelle que je te fais : nous ne vieillirons pas ensembles ! "

Il a ri ! aux éclats.....je protège mes biens , tu comprends !! 
Non, je ne comprenais pas...s'il pensait ça de moi, c'est qu'il ne me connaissait pas..Et j'allais me marier avec un parfait inconnu....
le jour du mariage, j'étais malade...Comme un chien ! je n'ai rien vu de la cérémonie....heureusement qu'il a filmé avec sa caméra gadget, sinon j'aurais pu douter !!

le lendemain du mariage, il me déposait chez ma mère, avec 40 de fièvre, et il partait faire un cross....

OUI! il était gentil....OUI ! il était facile à vivre....

 Les 3 premières années de notre mariage , je ne le savais pas, mais j'étais en pleine dépression...Je ne bougeais pas de mon lit, je m'occupais du bébé, je prenais du poids et lorsqu'il rentrait le vendredi soir, j'étais là, fidèle au poste...L'appartement récuré, le repas fait, le bébé rangé dans son lit....

et on repartait pour une semaine.....pas le droit de m'acheter des fringues, car je ne gagnais pas d'argent...Ma mère montait chaque jour pour sortir le bébé;..Moi je dormais...je suivais son rythme.. Il a fait ses nuits très tard...je vivais comme lui...

Pas malheureuse, pas heureuse  ....les derniers gadgets qui sortaient sur le marché, c'était pour lui...Il changeait de voiture tous les ans...et moi, je ne pouvais même pas m'acheter un manteau.....

C'est pour ça qu'il a fallu que je me réveille !! Le reste, je l'ai raconté...L'usine.......

samedi 24 mars 2012

Les aléas de la vie................


Les jours passent, notre relation est épisodique....Mais un jour................(Voilà ce qui restait coincé et que j'avais du mal à écrire.....)

Retard de règles...Je panique... C'est  pas possible....je ne veux pas......je ne peux pas
je file chez le médecin qui me prescrit des analyses.... Je suis enceinte!
Seigneur, pas maintenant....c'est trop tôt, et je sais qu'il n'est pas de mon mari...Je le sais... Comment je le sais? je n'en sais rien mais je le sais...je ne veux pas de cet enfant, il faut absolument  que je trouve une solution...

On est Mercredi, mon mari est à 60 km de chez nous, je prends la voiture et je vais le voir pour lui annoncer la nouvelle...
J'arrive, il partait  courir au stade , je lui explique que j'ai fait des analyses et que, catastrophe !  je suis enceinte...Je ne veux pas le garder, il faut qu'il trouve une solution, qu'il y a une clinique où.......
T'es folle qu'il dit! Moi  je trouve que c'est drôlement sympa d'avoir un deuxième enfant, de toute façon c'était programmé...

Je pleure , de rage, de peur, de colère...C'était programmé!...c'est ridicule ! On ne me demande même pas mon avis...On programme pour moi! Ferme là, j' me disais, tu es bien contente de te laisser vivre et de le laisser aux commandes...Tais toi, essaie de le convaincre.. L'appartement  trop petit, maman qui a déjà l'ainé, mon travail....

Parlons en de ton boulot...Tu sais, depuis que tu travailles, j'ai réussi à mettre pas mal d'argent de côté et on va pouvoir se chercher une maison! 
C'est pas vrai, je ne veux pas de maison, je ne veux pas de bébé, ma vie est bien comme elle est...
Je pleure à gros sanglots, mais lui rit et dit : tu verras ce sera formidable, un 2ème enfant....

Ce n'est pas d'avoir un enfant qui m'inquiète, c'est de savoir ce que je sais!...

Ce soir là, grand benêt  se pointe, et je déballe tout ce que j'ai sur le cœur.... 
Je peux pas rester avec homme des bois, ce n'est pas possible, je peux pas lui faire ça, il faut qu'on s'en aille..Il faut que tu trouves une solution...

Mais, je n'en ai pas de solution...Regarde, j'ai  pas de boulot, un bac qui ne me sert à rien, qu'est ce qu'on fera ensemble? Non, je te jure, je ne suis pas prêt pour ce genre de chose...Désolé...

il a mon âge, mais il vit encore avec papa-maman, il a une existence protégée et  moi, j'arrive avec mes gros sabots pour lui demander l'impossible....
Partir avec aîné et moi, devenir responsable, grandir....Ce n'est pas possible...Il ne peut pas..

L'enfant que j'attends, il le prend comme un cadeau, comme un miracle, mais il ne peut pas encore assumer….
je pleure car je n'ai pas de solution, je pleure parce qu'il va falloir affronter la vie.... je pleure sur homme des bois qui ne se doute de rien, je pleure....

Si tu ne peux pas assumer, il va falloir qu'on se quitte, je ne veux pas continuer à vivre ainsi...je sais, c'est ma faute, tu ne voulais pas et ça s'est fait quand même, je sais que c'est court pour prendre une décision.... Mais si l'homme des bois achète une maison, je suis partie pour 15 ans à rester avec lui...

"Mais non, dès que j'aurai une situation, on pourra revoir le problème..."
Il se trompe, je me connais, si on s'engage à acheter une maison, je resterai jusqu'à la fin des paiements...
Réfléchis, on a 2 mois devant nous avant qu'il ne fasse des démarches!
Si tu as l'intention de vivre avec moi, c'est maintenant ou sinon rendez vous dans quinze ans...

  Ça ressemblait à une boutade, mais j'étais sérieuse, il fallait qu'il se bouge.
 faut qu'il se bouge!...notre avenir en dépend...Les jours passent, je suis nauséeuse, malade d'angoisse, je me cramponne au boulot, je ne peux pas parler...de ça....à personne......Je sens ce bébé qui pousse, qui m'envahit, et le père n'est pas prêt..
Ton père, mon bébé est encore dans ses rêves, dans sa vie insouciante...Il ne peut pas nous prendre en charge...je suis bête quand je dis cela, nous prendre en charge, ça veut dire quoi? je n'ai pas besoin de prise en charge, je suis grande ,  j'ai un boulot, je peux nous assumer.....oui, je sais tout ça, mais j'ai tout de même besoin d'une épaule, pour m'appuyer....

L'homme des bois est heureux....Il cherche une maison, ça y est, je suis foutue....vite, vite...décides toi, emmènes moi, ne m'oblige pas à vivre ce dilemme...Ne m'oblige pas à vivre ma grossesse dans l'angoisse...à qui vas tu ressembler mon bébé? Comment  assumer  ces 9 mois, il te faut grandir dans mon ventre avec calme et douceur, et là, je ne suis qu'angoisse et peur...
Ressens tu cela?
Te rends tu compte de mes pleurs?
Te rends tu compte de mon chagrin?

Je parle avec grand benêt , j'ai conscience de m'abaisser à lui demander de m'aider....Il est relativement serein, ou il cache bien sa peur...On se connait depuis si peu de temps...
Est-ce que je l'aime?  Je  ne suis même pas capable de répondre à cette question...
Est ce qu'il m'aime? Je  ne crois pas..... nous avons une relation agréable et ça lui convient...

Chaque week end il part à la ville voisine faire la fête avec ses amis....et moi, je suis là, à quémander un "oui, on part" qui ne viendra pas.....

Les démarches pour la maison avancent, je me force à visiter les maisons, à sourire à homme des bois, à faire semblant d'être enthousiaste....je m'en fous de cette putain de maison, je m'en fous...ne te presse pas d'en trouver une.... je suis malade, malade d'angoisse, et je suis seule, seule, avec cet enfant qui grandit en moi.

Je couvre mon aîné de baisers, je l'aime mon bébé, et celui que je porte? Vais je l'aimer? Je  ne veux plus de relations avec grand benêt ...J'en ai marre de l'entendre me raconter ses week-end enchanteurs...Ses rencontres, son bonheur de pouvoir vivre ça. J'en  ai marre de lui, je le déteste ce grand con, qui n'est même pas capable d'être un homme!

C'est toujours moi qui suis obligée de le porter, c'est toujours moi qui lui demande de venir, c'est toujours moi qui suis à l'affût de son humeur, de son bien-être, de son bon vouloir...
C'est moi, qui suis , là, béate, à attendre je ne sais quoi...je ne le veux plus, je le vire de ma vie... tailles toi ! sors de ma vie…

J'ai rompu violemment...pour trancher fort, pour qu'il n'y ait pas de retour...je continue à travailler, à le voir tous les jours, mais je refuse qu'il m'approche....tu ne me reverras que si tu te décides à faire quelque chose...
Balivernes que tout cela, je pensais lui faire du mal, et j'ai l'impression qu'il vit très bien cette séparation…Il sort même de plus en plus…
Je le suis du regard toute la journée, j'ai mal de ne plus le voir,  il me manque....

Et moi, je prends du poids, mon ventre s'arrondit...Et je visite, je visite des maisons...Un jour, miracle, homme des bois a trouvé....je visite, jolie petite maison à rénover, immense jardin...située juste en face du stade! C'est drôle non? Homme des bois est tellement content, tu te rends compte, je pourrai aller à l'athlétisme et tu me verras des fenêtres....oui, c'est cool....et regarde le jardin....les gosses y seront bien....ouais, c'est cool.....

Au boulot, le lendemain, je vais trouver mon grand benêt , je l'aborde et lui dis: " ça y est, on a trouvé une maison...Il te reste jusqu'à la fin de la semaine pour réfléchir...J'ai pas besoin de réfléchir me dit il, je ne peux pas....c'est  pas possible, je ne peux pas....

Les larmes me montent aux yeux, je suis d’une fragilité extrême, j’ai l’impression que si je tombe, je me casse….., je voudrais le frapper, je voudrais qu'il disparaisse..

Et il me parle, il me dit sa douleur de ne plus me voir, il voudrait tant qu'on reste proche...Et puis, cet enfant, c'est le mien, je voudrais le voir vivre....

j'ai la rage...je suis sure, que si j'avais eu une arme, je l'aurais descendu...
 Mes copines se posent des questions, bien sûr toute l'usine a suivi notre relation avec enthousiasme! Je  n'ai encore rien dit pour ma grossesse, j'ai honte des futurs regards...J'ai peur des ragots...il est bien temps!

Je parle à ma meilleure amie, je lui explique mon angoisse....Ça la fait rigoler, ma copine, elle se marre, c'est tellement drôle! Tu savais   pas que les préservatifs  ça existaient? Comment as tu pu te lancer dans ce genre de relation de merde, sans prendre de précautions?

Je ne peux pas lui expliquer, lui dire que c'est moi qui ai lancé l'aventure, que lui, c'était    pas son truc, et que ce que nous vivions au lit, n'était qu'une longue recherche de lui-même, qu'il ne me désirait pas vraiment. Effectivement, c'était à moi de m'inquiéter, mais ça n'arrivait qu'aux autres....

 Que la plupart du temps on ne faisait  même pas  l'amour, il n'en éprouvait pas le besoin, que c'est moi qui le provoquait...qui l'obligeait....qu'il cédait sans doute pour avoir la paix...
Ouf …. Voilà, c’est dit….
 Finalement, c'est de ma faute, tout ce qui m'arrive.... Enfin, je commence à voir clair, mon amie me rassure, ne t'inquiète pas, arrêtes d'angoisser..ça  sert à rien, ce bébé il n'y est pour rien...Il est là, maintenant, alors,  assures!
 Ce n'est plus une histoire de cul, c'est l'histoire d'un bébé qui va venir au monde et qui a besoin de calme, d'amour et de tendresse....

Merci, ma vieille copine, je vais mieux...Mon père disait souvent: c'est  pas quand on a chi....dans son froc, qu'il faut serrer les fesses......Il avait raison...à partir de ce jour, j'ai vu la vie sous un autre angle. 
J'ai même accepté de revoir grand benêt  près de moi, j'ai accepté sa tendresse, son regard....

Nous avons repris des relations plus tendres, il venait à la maison, il a rencontré mon fils aîné un soir....de le voir fondre de tendresse avec mon petit, m'a émue plus que je ne l'aurais voulu....

Moi : « Tu sais, on va l'acheter la maison, je suis partie pour 15 ans avec homme des bois, tu sais, l'enfant que j'attends sera le sien, tu ne pourras rien revendiquer pour toi.... »

"oui, je sais, ça me convient comme ça, je ne demande rien de plus..."

Un soir, mon mari rentre et grand benêt  est là.....Je les présente l'un à l'autre, morte de trouille...Mais non, pas de remarques de mon mari.. Il semble accepter cette amitié , ne doute absolument pas de mon intégrité...je mens, et il ne se doute de rien...c'est le plus dur, c'est vraiment le plus dur...il l'invite à revenir nous voir, insiste, l'invite à manger...

Ce soir là, je sais que je voudrais le gommer de ma vie, je suis minable, minable...S'il me demande si on couche ensemble, je lui dirai oui...Mais il ne demande rien, heureux de me sentir heureuse...
Il touche mon ventre et s'intéresse à ce bébé...il met son oreille contre mon ventre et je suis malade de honte..

jeudi 22 mars 2012

Il faut gérer les souvenirs............

Voila ! c'était quelques épisodes de ma vie.....Jeunesse ! jeunesse où as tu fuis ?????

Ce qui est bien c'est que lorsque l'âge arrive, on puisse rire et sourire des souvenirs que nous avons tricoté tout au long de notre vie.....

Georgette, la grand-mère de l'homme, est décédée à 100 ans....Et parfois, je m'étonnais de la voir assise dans son fauteuil, sans télé, sans livre, souvent sans lumière ,le sourire aux lèvres.....des jours, des mois, des années, elle est restée figée ainsi....


Et je lui demandais : vous ne voulez pas que je mette la télé, Georgette?....
 "Non ! faut pas user de courant....."

Mais à quoi vous pensez  toute la journée, ainsi......

"Je pense à mon jeune temps....avec mes frères et sœurs...Nous étions 8 enfants et nous étions heureux.....Tous mes souvenirs sont dans mon cœur et dans ma tête, et d'y penser me rends très heureuse...C'est bien mieux que la télé.....

C'est un peu ce que je ressens, en écrivant ce blog..Je me dis que j'ai bien fait de me tricoter autant de souvenirs....

Ma dernière note était, je pense,  un peu osée....Elle a sans doute pu vous choquer...
C'est drôle, car j'écris pour moi avant tout, mais de ne pas avoir eu de commentaires, je l'ai pris comme une sanction...

Je me suis dis que j'allais trop loin...Que c'était sans doute trop intime....Il y a des choses qu'il faut garder dans son coeur et dans sa tête comme disait Georgette !..

mardi 20 mars 2012

La nuit........




Ce fut la nuit la plus bizarre de ma vie...Nous nous sommes retrouvés un jeudi soir et malgré la gêne , j'ai ressenti de la tendresse pour lui...Il était là, perdu, tendu, la peur au ventre....

 Connaissant son amour pour Barbara, j'avais installé ma chaine dans la chambre, et nous écoutions côte à côte la grande dame...J'essayais bien de me rapprocher de lui, mais plus crispé que lui, on meurt!


 Toute la nuit, il m'a fallut pour l’apprivoiser...Comme la chèvre de M. Seguin, il s'est battu bravement...mais a cédé vers le matin...

Barbara chantait:" à peine le jour s'est levé, à peine la nuit va s'achever .....à peine sorti du sommeil, à peine , à peine tu t'éveilles...que déjà tu cherches ma main , que déjà tu frôles mes reins...mon indocile...mon difficile..et puis fragile, mon si docile......tu es la vague où je me noie...."

Le réveil fut plus difficile pour moi, je me sentais responsable de quelque chose qu'il ne voulait pas..

j'avais peut être eu une réaction mécanique de sa part, mais elle était sans amour .....Maintenant que c'était fait, il fallait que ça s'arrête...

Mais lui, ébahi, me prenait la main, me touchait comme s'il avait besoin de s'assurer que j'étais là..Il ne fallait pas s'attendrir.... allez, vite , vite, tu rentres chez toi, je veux que , ma vie redevienne  comme avant....

Un peu de culpabilité en face d'homme des bois...je suis dégueu de lui avoir fait ça..Pour compenser je suis gentille avec lui, je m’intéresse à ce qu'il dit, nous faisons des scrabbles interminables...Il est heureux...Parce que je veux qu'il soit heureux...Il semble surpris de me voir de si bonne humeur, mais il en profite simplement..."Je trouve que le travail à l'usine t'épanouit de plus en plus...." tu as raison homme des bois, rien de tel que de se sentir coupable .....je ne lui dirai rien, il n'y a pas lieu de lui faire du mal, cette aventure restera sans lendemain.....

Le lundi, à l'usine, je retrouve mon grand benêt, qui me couve du regard...Qui me regarde comme il ne l'a jamais fait...Qui passe le plus clair de son temps , assis , à côté de moi....Il me dit qu'il est bien......
je ne sais pas comment l'aborder , il me demande s'il peut revenir ce soir?....non, je ne veux pas....non...ce n'est pas possible....la culpabilité que j'ai ressenti tout le week end a été beaucoup plus forte que le plaisir que j'ai pu ressentir avec lui ..

Oui, j'ai aimé jouer à l'initiatrice, mais je ne me vois pas continuer dans ce rôle...y'a des "maisons" pour ça.....

 Dans la semaine, un soir, on toque à la porte...c'est lui, il vient de faire 18 km en mobylette, dans le froid, la nuit ;... pour venir me voir...Heureusement, je suis seule, comme c'est la semaine du matin, mon fils est gardé par ma mère.....
J'essaie de lui expliquer que notre histoire ne peut pas aller bien loin, qu'il a sa vie à faire, et que je ne veux pas lui faire de mal...On a fait une connerie, on va pas recommencer...

Finalement, on se retrouve au lit.... Il faut toujours l’apprivoiser..Il a toujours peur....Il ne me touche pas, mais je découvre la tendresse, la complicité, on parle, on rit...C'est léger, c'est tendre... je me laisse allée à être moi, sans fard, sans retenue...plus de masque!
Je suis sur un petit nuage tout en sachant qu'il ne faut pas que je prenne cette aventure au sérieux...